Catégorie : <span>ROMANS</span>

Chronique de : Feu et sang de George R.R. Martin 

Résumé :

Des siècles avant les événements du Trône de Fer, la maison Targaryen – la seule famille de seigneurs dragons à avoir survécu au Fléau de Valyria – s’installa sur Peyredragon. Feu et sang commence son récit avec le légendaire Aegon le Conquérant, créateur du trône de fer, et raconte ensuite les générations de Targaryen qui se sont battues pour occuper ce siège emblématique jusqu’à la guerre civile qui a presque déchiré leur dynastie.

L’auteur :

Né en 1948 dans le New Jersey, George R.R. Martin vendit sa première nouvelle à la revue Galaxy en 1970 et ne cessa jamais d’écrire depuis, que ce soit sous la plume d’un journaliste, d’un scénariste pour la télévision ou d’un romancier à plein temps.

Ma chronique :

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de « fantasy », le meilleur roman de fantasy. Qui n’a pas regardé et apprécié « Game of Thrones » ?

Curieuse de découvrir, avant la diffusion de la série télé, les origines de la grande saga, j’ai lu ce roman.

L’objet livre est beau : c’est une édition intégrale, mille pages de lecture, une couverture rigide avec de belles illustrations de Doig Wheatley. Un ouvrage à ranger dans la catégorie des beaux livres.

L’histoire est grandiose, épique et fabuleuse. Elle est écrite sous forme de chroniques historiques relatant les guerres, les trahisons, querelles, fourberies et tous les événements menant à l’unification des sept royaumes.

La deuxième partie, théâtre d’une guerre sans merci et de la danse des dragons, préfigure la suite de cette grande épopée.

À recommander à tous les amateurs de Fantasy et de la célèbre série « GOT ».

Réédition aux éditions Pygmalion 

Chronique de : Un ange nommé Nelly de Kitty Neale  

Résumé :

1953. Lorsque Elsie et Bert sont contraints d’emménager avec leurs enfants Arthur et Ann dans le modeste quartier londonien de Battersea, tous regrettent déjà leur confortable demeure de Wimbledon. Par chance, Elsie se lie d’amitié avec sa voisine, Ruth. Mais celle-ci semble taire un lourd secret… 

L’auteure :

Kitty Neale a grandi dans le quartier de Battersea, cadre de ses romans à succès. En 1998, après la mort de son fils de 27 ans, elle se lance dans l’écriture. Aujourd’hui, elle vit en Espagne avec son mari. Elle est également l’autrice de Le Courage d’une soeur (L’Archipel, 2021).

Ma chronique :

Un roman poignant et très émouvant, attention préparez vos mouchoirs.

Après « Le Courage d’une sœur », le nouveau roman de Kitty Neale est tout aussi attachant.

La jeune héroïne, Nelly, vit très pauvrement dans un quartier misérable avec un père méchant et tyrannique. Elle est persécutée par ses camarades d’école et ne trouve pas de réconfort chez elle avant l’arrivée des nouveaux voisins. Elsie, la voisine, va devenir amie avec sa mère. Cette nouvelle famille est aussi joyeuse et aimante que celle de Kitty est triste et remplie de haine.

Parfois un malheur peut bousculer le quotidien et faire renaître l’espoir.

Dans cette histoire, il est question d’inceste, de violence intra familiale mais également d’amitié, d’entraide et d’amour.

L’auteure sait ménager le suspense sur le devenir de Nelly et j’ai tourné les pages avec entrain et le mouchoir parfois.

Je vous conseille ce roman plein d’humanité et porteur d’espoir.

Paru aux éditions L’Archipel.

Notation :

Chronique de : L’immeuble de la Rue Cavendish, Lucie se rebiffe de Caroline Kant 

Résumé :

Quand son cher époux est mort, Lucie ne s’attendait certainement pas à hériter de… ses dettes. Ses enfants ne lui parlent plus (il faut dire qu’elle n’a jamais pu retenir le prénom de ses petits-enfants) et, ruinée, elle est obligée de déménager ! En plus, ses nouveaux voisins sont insupportables – surtout le petit Hyppolite, un vrai pot de colle. Heureusement que Lucie peut se changer les idées avec ses meilleures amies et le charmant Henri qu’elle vient de rencontrer. 

L’auteure :

Caroline Kant est une autrice parisienne. Sa série s’inspire des années où elle a vécu rue Cavendish, dans l’appartement de Margaux.

Ma chronique :

Une lecture aussi addictive que les deux premiers tomes. 

J’ai aimé retrouver les habitants de l’immeuble Cavendish avec en héroïne une nouvelle arrivante : Lucie. Veuve depuis peu, soixante quinze ans et coincée. Austère et parfois hautaine, la rencontre avec les voisins est forcément improbable.

Aimée, la nouvelle gardienne, aussi généreuse et souriante que Madame Ménard était acariâtre, illumine ce récit.

L’histoire est remplie d’une grande humanité sans aucune mièvrerie. Le style est toujours aussi fluide et les personnages très attachants.

Une lecture plaisir qui rassure sur les qualités d’entraide qui peuvent exister dans une communauté comme celle d’un immeuble.

Tendre, rempli d’émotion, drôle parfois, un livre qui se lit presque d’une traite le sourire aux lèvres.

Que du bonheur !

Publié aux éditions Les Escales 

Chronique de : Alto Braco de Vanessa Bamberger 

Résumé :

Alto Braco, «haut lieu» en occitan, l’ancien nom du plateau de l’Aubrac. Un nom mystérieux et âpre, à l’image des paysages que Brune traverse en venant y enterrer Douce, sa grand-mère. Du berceau familial, un petit village de l’Aveyron battu par les vents, elle ne reconnaît rien, ou a tout oublié. Après la mort de sa mère, elle a grandi à Paris, au-dessus du Catulle, le bistrot tenu par Douce et sa sœur Granita

L’auteure :

Vanessa Bamberger est romancière. Après Principe de suspension (2017, et Piccolo, 2019), Alto Braco (2019, et Piccolo, 2020), qui a reçu cinq prix littéraires, elle signe en janvier 2021 un troisième livre remarquable sur l’adolescence et notre époque, L’Enfant parfaite (Piccolo, août 2022).

Ma chronique :

En vacances en Aubrac, je découvre ce livre dans une librairie de Laguiole. 

La libraire me dit : « un livre de terroir littéraire », je confirme. Une incursion réussie dans une région peu connue avec ses paysages se rapprochant du Chili parfois, ses grandes familles et les fameux « bougnats » qui ont ouvert des cafés sur Paris comme les héroïnes.

Brune élevée par sa grand-mère et grande-tante n’a pas mis les pieds en Aubrac depuis très longtemps. Les retrouvailles avec son père lors de l’enterrement de Douce sont difficiles. 

Brune découvre les secrets familiaux, les dessous de l’agriculture bovine et fait de belles rencontres.

D’une plume fluide et délicate, l’auteure nous transporte dans cette belle région.

À découvrir aux éditions Liana Levi.

Notation :

Chronique de : L’ombre du crépuscule de Rachel Caine 


Résumé :

Gwen est parvenue à se débarrasser de son ex-mari, le serial killer Melvin Royal, et à sauver ses enfants. Mais elle subit toujours le harcèlement de ceux qui refusent de la croire étrangère aux crimes de Melvin. Gwen espérait désormais vivre sans se cacher, c’est de nouveau impossible.

L’auteure :

Autrice de thrillers et de fantasy, Rachel Caine a vu ses romans traduits dans seize pays. Après L’Ombre de la menace (Archipoche, 2020), finaliste de l’International Thriller Writers Award, et L’Ombre de l’assassin (Archipoche, 2021).

Ma chronique :

Je découvre cette auteure de polar dont le récit est du type efficace et glaçant.

A éviter le soir dans son lit pour ne pas cauchemarder.

L’héroïne est l’ancienne épouse d’un tueur en série qui se défend, elle et ses enfants, d’un monde sans pitié pour les proches d’un monstre.

Elle vient aussi en aide à des victimes qui l’appellent au secours.

Gwen s’engage dans une histoire complexe pour venir en aide à une jeune fille persécutée.

L’intrigue est bien menée, très rythmée comme un film d’action. Les chapitres alternent entre les voix de Gwen, Sam ou les enfants. 

Tout est très dynamique et vivant, on ne s’ennuie pas.

Un bon polar classique pour les amateurs du genre.

Publié aux chez Archipoche aux éditions L’Archipel.