Critique de : Le parfum des poisons de Claude Rodhain

Le parfum des poisons

Résumé :

Un adolescent en haillons, crasseux, observe sa mère adoptive préparer d’étranges mixtures malodorantes. Il se nomme Pontus, mais son nez très proéminent lui vaut le surnom de « Patate ». Grâce à sa malformation, qui lui donne la capacité de sentir le plus infime parfum à des dizaines de mètres, il est promis à un destin exceptionnel, plein de fougue et d’intrigues. En effet, en pleine « affaire des Poisons », Pontus est repéré par Monsieur de la Reynie, le lieutenant général de police qui l’engage en tant que renifleur personnel de Louis XIV. Ses capacités vont lui permettre de confondre des empoisonneuses, de déjouer des assassinats et de devenir, rapidement, une célébrité.

L’auteur :

Claude Rodhain, avocat honoraire, vit dans le Sud de la France. Il est l’auteur de plusieurs romans historiques, d’un thriller et d’une autobiographie. Finaliste du prix des lectrices du magazine Elle, il signe un magnifique roman historique au style flamboyant.

Ma chronique :

Un roman historique passionnant qui nous plonge au cœur de cette grande affaire des poisons.

Notre héros, Pontus, aura une vie extraordinaire grâce à sa difformité, un nez énorme qui le dote de capacités olfactives hors normes. Nous suivons son ascension avec intérêt et beaucoup de craintes pour sa sécurité car son don va permettre de confondre de nombreuses empoisonneuses.

Très vivant, bien campé dans ce dix-septième siècle dans lequel le roi soleil règne en maître, j’ai suivi avec plaisir et intérêt cette histoire. Comme chacun, j’avais un vernis historique sur cette histoire des poisons, j’ai beaucoup appris avec ce livre de ce procès qui vit défiler plus de quatre cents accusés dont certains en lien avec des proches du roi. 

J’ai même recherché sur Internet si ce héros si particulier avait existé, une preuve du réalisme de ce roman !

À découvrir en cette rentrée de janvier chez City Éditions.

Notation :

Critique de : 28 jours pour lâcher prise de Nicoletta Savora

28 jours pour lâcher prise

Présentation 

28 jours, c’est le temps que met la lune pour faire le tour de la Terre. C’est aussi le temps nécessaire pour transformer les habitudes de notre cerveau et modifier nos mauvais schémas de pensée. Commencez dès aujourd’hui à lâcher prise en abandonnant les émotions négatives qui vous empêchent d’avancer. Grâce à des conseils, mantras positifs, exercices de méditation, de respiration et des rituels de détente, ce programme vous aide à mieux vivre et accepter l’instant présent. 

L’auteure 

Nicoletta Savova est coach et thérapeute. Elle anime des conférences et ateliers de thérapies orientées vers les techniques comportementales et cognitives permettant d’acquérir une attitude positive et gagnante face aux difficultés de la vie.

Ma chronique 

Très concret avec de jolies illustrations, un ouvrage qui a pour vocation de nous aider à lâcher prise.

J’ai pris plein de notes tout au long de ma lecture pour revenir plus facilement sur les conseils et outils qui me correspondent.

Ce que j’ai apprécié le plus c’est la diversité des propositions et la démarche progressive. Tout est présenté avec beaucoup de clarté, une dose d’humour et de beaux dessins. J’ai aimé aussi les encadrés « l’histoire de Nicoletta » qui nous raconte comment elle a intégré chacun de ses conseils.

Ce qui m’a parlé le plus : établir une liste de nos souhaits et obstacles pour y arriver, créer son mantra positif, utiliser la visualisation créatrice, pratiquer la gratitude et ho’oponopono.

Ce livre se présente comme un journal de bord sur 28 jours, étape par étape nous apprend à lâcher prise et cela fonctionne.

Je vous recommande cet ouvrage.

Paru chez City Éditions collection Ideo.

Le site de l’auteure : https://ecoledepenseepositive.com

Notation :

Critique de : La mémoire des oubliés de Pascale May

La mémoire des oubliés

Résumé :

Employée au musée des Beaux-Arts de Bernay, en Normandie, Ondine est fascinée depuis toujours par le portrait d’un jeune homme aux yeux bleu lagon. Quand elle rencontre Thibault, le petit-fils de l’artiste qui a peint ce tableau, les jeunes gens décident de se lancer dans une passionnante enquête pour découvrir l’identité du modèle. Progressivement, le passé refait surface et, avec lui, des secrets jalousement gardés depuis des décennies. D’anciennes lettres les mènent sur les traces d’une tragédie qui s’est nouée dans les années 1940. 

L’auteure :

Pascale May est praticien hospitalier et vit en Bretagne. Musicienne amateur, elle est également boulimique de littérature et d’écriture. La mémoire des oubliés est son deuxième roman, une émouvante saga familiale.

Ma chronique :

Beaucoup d’émotions dans ce livre : une belle histoire que j’ai lue avec fébrilité ayant hâte de découvrir tous les secrets de ces familles.

L’intrigue est bien construite, les personnages vrais et bouleversants pour certains.

L’histoire débute à Paris, à la fin de la seconde guerre mondiale au sein d’une famille aisée grâce à la passion du père pour les belles toiles. Puis nous revenons à la période d’aujourd’hui, en Normandie dans un musée face à un tableau qui va jouer un grand rôle dans cette histoire.

Une lecture rythmée par les aller-retours entre aujourd’hui et le passé pousse le lecteur à tourner vite les pages.

Je revenais fréquemment à l’arbre généalogique présent en début de livre pour situer tous les personnages qui constituent plusieurs générations.

Secrets, drames, amours, peinture et pouvoir sont au cœur de ce récit.

À lire pour l’ambiance et l’histoire. Une jolie plume contribue au plaisir de lecture.

Paru aux éditions City Éditions.

Notation :

Critique de : Le sang des oliviers d’Alice Pasina

Le sang des oliviers

Résumé :
Victime d’un grave accident, Marinella, 70 ans, demande à ses trois enfants de la ramener dans le Sud de l’Italie, pays de sa naissance. Si elle doit mourir, c’est là et nulle part ailleurs qu’elle veut être enterrée. Commence alors un voyage extraordinaire de la Lorraine jusqu’à son village natal sur la côte du Cilento. Là, leur mère reprend des forces, comme si le soleil de l’Italie la ramenait à la vie. Mais c’est sans compter le terrible secret que Marinella dissimule depuis des décennies.

L’auteure :
Après des études de lettres à Florence et à Nancy et une carrière dans le tourisme, Alice Pasina est aujourd’hui professeur des écoles en Bourgogne. Les silences de Lucie, son premier roman, a reçu le Prix des Lecteurs Chapitre.

Ma chronique :
Une saga familiale qui ne m’a pas convaincue complètement.
Dans cette histoire, j’ai aimé les parents : le père attentionné qui chérit sa femme, celle-ci, émouvante, diminuée après son accident et cherchant à revenir sur les lieux de son enfance.

Sur les trois enfants, Joseph, le paysagiste est le plus attachant : timide et bègue, son mode d’expression passe par les fleurs et les plantes. L’ainée a décidé qu’elle serait mince et ne mange presque pas, elle est anorexique et se bat pour aider sa mère. Pierre, semble ne penser qu’à lui et agace ses frères et sœurs.

J’ai aimé les paysages italiens, les ambiances et je n’avais pas deviné le lourd secret des parents.

J’avoue, je n’ai pas apprécié le style de l’auteure, pas assez littéraire à mon goût et cela m’a gênée dans ma lecture. Il m’a manqué ce petit supplément d’âme qui accroche le lecteur et le pousse à tourner les pages.

À vous de me dire si ce road movie vous a séduit.

Paru aux éditions City Éditions.

Notation :

Critique de : Le village des secrets de Sylvie Lassalle.

Le village des secrets
Le village des secrets

Résumé :
Après de longues années passées dans l’armée coloniale, Jules revient en 1912 dans son village provençal. Parti brusquement pour fuir une enfance misérable, ce fils de paysan réapparaît auréolé de ses galons d’adjudant. Son avenir semble tout tracé : renouer avec une vie campagnarde simple et se marier.

L’auteur :
Sylvie Lassalle vit et travaille à Toulouse où elle enseigne le français depuis plus de trente ans. Passionnée d’histoire et de généalogie, elle s’est inspirée d’une histoire vraie découverte au hasard de ses recherches pour écrire ce magnifique roman.

Ma chronique :
Une histoire passionnante ancrée dans ce début de vingtième siècle en Provence.
Jules, trente-cinq ans, revient dans son village après avoir fui une vie difficile de paysan sous le joug d’un père violent. Devenu militaire aux colonies dans des centres disciplinaires, il a gagné ses galons difficilement.
De retour au village, tous l’attendent et imaginent quelle fille l’épousera. D’autres complications l’attendent comme l’expropriation de ces terres pour le chemin de fer.
J’ai aimé l’ambiance de la Provence avant la première guerre mondiale et plus particulièrement certains personnages comme Anna la photographe, femme libre, ou Hyacinthe l’instituteur mentor de Jules.
Dans la fratrie de Jules, ses deux sœurs Marguerite et Othilie ont des caractères forts, indispensable pour résister à la méchanceté du père qui détestait ses filles. Toutes deux sont dépositaires d’un lourd secret.
Horace, son ami d’enfance, joue un rôle important aussi dans cette histoire provençale.

L’auteure a su maintenir l’intérêt du lecteur par une intrigue bien ficelée qui nous pousse à tourner rapidement les pages
Bravo pour ce premier roman qui nous emmène au cœur de la Provence des années 1910. L’écriture est agréable et l’intrigue prenante : une réussite.

Paru chez City Éditions.

Notation :