J.P. Montal et J. C.Napias : 100 courts chefs d’œuvre

100 courts chefs d’œuvre
100 courts chefs d’œuvre

Présentation :

À lire en une heure, une soirée, une journée, le temps d’un voyage en

«— Les romans brefs font le tri entre les hommes et les petits garçons.

— C’est de qui ?

— De moi. On tient peut-être un truc : 100 courts chefs-d’œuvre. Un genre de guide.

— Épatant ! Encore faut-il s’entendre sur la définition de «court»… Je propose 150 pages. Des fictions. Des textes disponibles… »

Les auteurs :

Né en 1971, Jean-Pierre Montal est le co-fondateur des éditions Rue Fromentin. Il a publié en 2013 Morice Ronet – Les Vies du Feu Follet, en 2015 Les années Foch et en 2017 Les Leçons du vertige (éditions Guillaume de Roux).

Journaliste, auteur, traducteur et éditeur, Jean-Christophe Napias a écrit plusieurs livres sur Paris, dont Paris au calme en 2006 aux Éditions Parigramme, où il a co-créé la collection « Paris est à Nous ». Il a fondé la maison d’édition L’Éditeur singulier.

Mon avis :

J’ai adoré ce concept innovant : une encyclopédie dédiée aux courts chefs-d’œuvres de la littérature. Seul bémol : ma bibliothèque et pile à lire vont terriblement augmenter !

Au fil des pages, j’ai coché beaucoup de titres que je n’ai pas lus. La présentation des titres est attrayante et stimulante avec des informations comme « à quel moment le lire ? », « par quel livre poursuivre ? ». Une chronique magnifiquement écrite plus une citation complètent parfaitement chaque titre.

Une pointe d’humour parsème ce guide, un petit plus pour le lecteur.

Je l’ai lu vite en 2/3 jours, tellement curieuse de découvrir les différents titres et de confronter à ma liste.

Un livre que je vais offrir plutôt que le prêter car je n’ai aucune envie de m’en défaire, trop précieux.

Ne passez pas à côté, procurez-vous le.

Publié aux Éditions de la Table Ronde.

Notation :

Denis Tillinac : Boulevards des Maréchaux

Boulevards des Maréchaux
Boulevards des Maréchaux

Présentation :

« Je pense à Blondin. Si ce petit voyage me tenait à cœur, c’est aussi à cause de lui. Plusieurs fois, il m’avait raconté l’ébauche de l’esquisse du plan d’un roman qu’il avait envie d’écrire. Un clampin débarque de sa province, échoue sur les Maréchaux, en fait le tour et se prend pour l’un et l’ autre, au gré des comptoirs où il pose le coude. Blondin est mort sans avoir écrit ce roman, je ne voulais pas mourir sans lui avoir rendu cet hommage en faisant le petit tour de mes songeries impériales.»

L’auteur :

Denis Tillinac est né le 26 mai 1947 à Paris. Diplômé de l’IEP de Bordeaux, il a commencé comme journaliste à La Dépêche du Midi. De 1995 à 1997, il a été le représentant personnel du président de la République pour la Francophonie et Président de Renaissance-Afrique-France, association créée à l’initiative de Jacques Chirac. Il a collaboré à de nombreux journaux dont Les Nouvelles littéraires, Madame Figaro et La Montagne, présenté l’émission littéraire Double page avec Michel Cardoze sur RMC jusqu’en 2004.

Mon avis :

Une balade parisienne en compagnie des célèbres maréchaux, cela ne se refuse pas.

Ce texte court, plein de verve nous promène à travers les quartiers habités par ces héros napoléoniens. J’ai aimé le phrasé imagé, vivant et empreint de désenchantement parfois.

Rythmé et rempli d’anecdotes sur l’histoire des maréchaux avec des clins d’œil sur notre monde actuel : le ton oscille entre explications historiques et agacement sur les travers d’aujourd’hui.

J’ai apprécié cette promenade qui donne un autre éclairage du Paris que l’on pense connaître.

Cela m’a donné envie de parcourir ces boulevards en méditant sur les propos de l’auteur.

Paru aux Éditions de la Table Ronde collection La petite Vermillon.

Notation :

Ma sélection pour l’été

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici mon best-of, mes coups de cœur du printemps à emporter et dévorer cet été dans les domaines de la littérature, du thriller. Tous ces titres m’ont bouleversée et je vous les recommande chaudement.

et deux titres dans la catégorie « développement personnel »

Littérature :

Des nouvelles du monde de Paulette Jiles

http://www.despagesetdesiles.fr/paulette-jiles-des-nouvelles-du-monde/

Poste restante à Locmaria de Lorraine Fouchet

http://www.despagesetdesiles.fr/lorraine-fouchet-poste-restante-a-locmaria/

Les garçons de l’été de Rebecca Lighieri

http://www.despagesetdesiles.fr/rebecca-lighieri-les-garcons-de-lete/

Thriller :

Condor de Caryl Ferey

http://www.despagesetdesiles.fr/caryl-ferey-condor/

Boreal de Sonja Delzongle

http://www.despagesetdesiles.fr/sonja-delzongle-boreal/

Qaanaaq de Mo Malo

http://www.despagesetdesiles.fr/mo-malo-qaanaaq/

Développement personnel :

La magie du sommeil d’Isalou Regen

http://www.despagesetdesiles.fr/isalou-regen-la-magie-du-sommeil/

Votre meilleur ami c’est vous de Claire Mizzi

http://www.despagesetdesiles.fr/claire-mizzi-votre-meilleur-ami-cest-vous/

 

 

Daphné Du Maurier : Le monde infernal de Branwell Brontë

Résumé :

Branwell est l’enfant maudit de la famille Brontë. L’unique frère de Charlotte, Emily et Anne était pourtant promis à un brillant avenir. C’est lui qui construisit le monde imaginaire de la fratrie, inventa les jeux qui nourriraient l’imagination de ses sœurs, lui qui les inviterait à la création, à l’écriture. Mais l’enfant prodige devint peu à peu un poète déchu s’aidant d’alcool et d’opium pour surmonter la folie, tandis que ses trois sœurs accédaient à la renommée. En 1960, lorsque de nombreux manuscrits de Branwell sont découverts au presbytère de Haworth, Daphné Du Maurier s’étonne qu’aucun biographe ne se soit penché sur ce sombre personnage. Jane Eyre, Les Hauts de Hurlevent, Agnes Crey… Ces chefs-d’œuvre auraient-ils vu le jour si leurs auteures, durant l’enfance, n’avaient pas connu le monde fantastique façonné par Branwell ?

L’auteur :

Daphné Du Maurier a publié « Rebecca » en 1938 qui fut qualifié de « Jane Eyre du vingtième siècle » et adapté au cinéma par Alfred Hitchcock.

Mon avis :

L’univers des Brontë raconté par Daphné Du Maurier, j’avoue que l’association de ces deux univers m’a séduite avant même d’ouvrir le livre.

Les éditions de la Table Ronde rééditent, dans la collection Petit Quai Voltaire, une ouvre parue en 1960. Le livre est superbe avec sa belle couverture et son papier velin très soigné.

Pour le contenu, j’ai découvert la vie du frère des trois célèbres sœurs Brontë, dans ce livre très complet et rempli d’extraits des écrits de Branwell.

Doté d’une imagination débordante, il invente un « monde infernal », l’histoire d’un royaume, quelque part entre le Ghana et le Nigeria, une grande épopée militaire et politique. Ce mélange de récit et de poèmes, composés avec ses sœurs, ne seront pas acceptés par les éditeurs.

Branwell s’essaye à la peinture, sans plus de succès.

Daphné Du Maurier nous déroule sa vie remplie de difficultés et d’échecs. D’autant plus difficile à accepter que ses sœurs connaissent un destin plus heureux.

Branwell décline, souffrant d’épilepsie et de n’avoir pas réussi sa vie.

Un triste destin pour le seul garçon de cette famille d’écrivains surdoués.

Ce livre très documenté nous livre une nouvelle facette de la famille Brontë et un autre regard sur les héros masculins des grands romans de Charlotte et Emily probablement inspirés des histoires extraordinaires de Branwell.

Une pépite à découvrir.

Notation :

Paulette Jiles : Des nouvelles du monde

Des nouvelles du monde
Des nouvelles du monde

Résumé :

Hiver 1870, le capitaine Jefferson Kyle Kidd parcourt le nord du Texas et lit à voix haute des articles de journaux devant un public avide des nouvelles du monde : les Irlandais migrent à New York ; une ligne de chemin de fer traverse désormais le Nebraska ; le Popocatepetl, près de Mexico, est entré en éruption. Un soir, après une de ses lectures à Wichita Falls, on propose au Capitaine de ramener dans sa famille, près de San Antonio, la jeune Johanna Leonberger. Quatre ans plus tôt, la fillette a assisté au massacre de ses parents et de sa sœur par les Kiowas qui l’ont épargnée, elle, et élevée comme une des leurs. Le vieil homme, veuf, qui vivait jadis de son métier d’imprimeur, profite de sa liberté pour sillonner les routes, mais l’argent se fait rare. Il accepte cette mission, en échange d’une pièce d’or, sachant qu’il devra se méfier des voleurs, des Comanches et des Kiowas autant que de l’armée fédérale.

L’auteur :

Paulette Jiles est née dans le Missouri en 1943. Poète, auteur de mémoires et romancière, elle a notamment publié aux États-Unis The Colour of Lightning et Lighthouse Island. Elle vit dans un ranch près de San Antonio, au Texas.

Mon avis :

Un formidable roman avec lequel j’ai passé un très beau moment, un gros coup de cœur, à lire absolument. A la fois original et surprenant, ce titre m’a passionnée et j’espère vous convaincre de le découvrir aussi.

J’ai aimé : les décors de ce Texas au dix-neuvième siècle et l’histoire autour de ces deux personnages principaux, si éloignés l’un de l’autre au départ, qui s’apprivoisent.

Le vieil homme, qu’on appelle le capitaine, gagne sa vie en lisant, en public, les nouvelles du monde. Il croise la route d’une gamine, enlevée par des indiens, qu’il doit ramener à sa famille. De Wichita à San Antonio via Dallas, la route est longue en chariot. La petite a oublié le monde des blancs et réagit comme une Kiowa, la tribu qui l’a élevée pendant quatre ans. Les chemins parfois mal fréquentés et les réactions de la fillette compliquent énormément la vie au capitaine. Pourtant, ils poursuivent leur chemin et des liens se tissent entre eux.

Ce western littéraire est aussi une fabuleuse aventure humaine.

Bouleversant et touchant, la rencontre de ces deux êtres bouleversera leur vie. Notre plaisir de lecture est renforcé par la belle plume et la poésie qui émaille tout le texte.

Pour achever de vous convaincre, voici un test :

⁃ aimez-vous les grands espaces ?

⁃ Avez-vous envie d’un bon western ?

⁃ Êtes-vous plutôt du côté des indiens que des cowboys ?

Si vous répondez « oui » aux trois questions, précipitez-vous, ce roman est pour vous.

Paru aux Éditions de la Table Ronde dans la collection Quai Voltaire.

Ci-dessous la photo du périple de nos deux héros.

Notation :