Claire Mizzi : Votre meilleur ami, c’est vous

Votre meilleur ami, c’est vous
Votre meilleur ami, c’est vous

Présentation :

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il existe un grand nombre de gens qui ne s’aiment pas : par peur d’échouer, de décevoir leur entourage, de ne pas être aimés, ils se trouvent toujours « moins bien » que les autres et pensent qu’ils ne sont pas à la hauteur…

Ce livre a pour but d’accompagner concrètement les lecteurs dans ce processus d’apaisement, en proposant trois clés pour se transformer intérieurement …

Les auteurs :

Claire Mizzi est psychologue et psychothérapeute, formée en thérapie cognitive et comportementale, à l’EMDR, à la thérapie ACT, à la thérapie des schémas.

Céline Tran est médecin psychiatre et psychothérapeute, formée en thérapie cognitive et comportementale, ACT et thérapie des schémas.

Mon avis :

La couverture de ce livre est un bijou et le contenu également.

Nous oublions trop souvent que nous sommes notre meilleur allié et nous nous malmenons. Les deux auteures partagent leur expérience de psychothérapeute et nous enseignent des techniques pour nous écouter et retrouver la confiance et la paix.

L’approche proposée est progressive et passe par différents paliers : se comprendre (nos émotions, nos peurs) et être bienveillant avec soi-même. L’étape suivante consiste à nous libérer de nos schémas (le prisme à travers lequel nous interprétons les événements de notre vie). Dans les étapes suivantes, il est question d’accepter nos zones d’ombre (les connaître et noter ce qu’elles suscitent en nous) puis nous pourrons trouver notre « boussole intérieure » comme la nomme les auteures.

C’est à ce moment-là qu’elles nous expliquent ce qu’est l’approche de l’ACT «  Acceptance and Commitment Therapy », une thérapie qui mêle l’acceptation et l’engagement. Je ne connaissais pas cette méthode qui propose de prendre conscience de « l’ici et maintenant », avec la méditation, à observer nos pensées sans nécessairement y croire et accepter nos émotions pour nous engager dans ce qui est important pour nous (nos valeurs).

Ce cheminement basé sur des principes de psychologie positive, sur l’ACT et combinant la méditation de pleine conscience vont nous permettre de nous comprendre et nous transformer.

Écoutons-nous et faisons-nous confiance. Cela donne envie d’essayer !

De nombreuses méditations sont proposées avec des intentions pour nous aider à trouver notre « boussole intérieure » et comme le disent les auteures pour garder le cap.

Un livre riche d’enseignements à découvrir aux Éditions L’Iconoclaste.

Notation :

Jean-Michel Jakobowicz : 96 exercices faciles d’autohypnose

96 exercices faciles d’autohypnose
96 exercices faciles d’autohypnose

Présentation :

Angoisse, phobie, procrastination, difficulté relationnelle… : l’autohypnose est un outil simple et efficace pour venir à bout des divers maux du quotidien. Asseyez-vous, détendez-vous, et commencez à rêver, c’est déjà de l’autohypnose !

Découvrez 96 exercices pour rassembler vos ressources intérieures, changer et guérir : Initiez-vous à ce qu’est vraiment l’autohypnose, le conscient et l’inconscient, la transe…

L’auteur :

Jean-Michel JAKOBOWICZ est hypnothérapeute et exerce à Genève. Il est l’auteur de plusieurs best sellers dont Vive l’autohypnose ! C’est malin.

Mon avis :

Une technique simple pour se connecter à ses ressources intérieures et aller mieux, une belle promesse, tout-à-fait atteignable avec ce guide. Je vous le conseille.

Ce que nous démontre l’auteur c’est : la simplicité de l’autohypnose, pratique forcément déjà expérimentée, et le champ d’application très vaste.

J’ai aimé l’introduction où il est précisé que c’est un guide plutôt qu’un cahier d’exercices, à consulter selon ses besoins et personnalisable. Surtout ne pas s’imposer de contrainte et s’écouter.

Les explications autour de l’hypnose sont claires et précises et font tomber certaines croyances autour du pouvoir des hypnotiseurs.

J’ai particulièrement aimé certaines phrases comme celle-ci : « trouver la fonction pause de votre propre télécommande, c’est le sujet du livre ». L’autohypnose permet de modifier des schémas inconscients qui empoisonnent notre vie.

L’auteur précise que chacun doit fixer son objectif, qui semble clair pour nous mais pas toujours pour notre inconscient.

Dans la méthodologie proposée dans l’ouvrage, nous sommes guidés pour définir notre objectif (réalisable, positif et mesurable).

Je vous conseille l’exercice de la baguette magique ou plus exactement s’imaginer qu’au réveil, notre problème sera résolu grâce à une baguette magique. A tester !

L’auteur décrypte les différentes méthodes pour entrer en transe, cet état de conscience modifiée. Puis, pour chaque thème, des exercices ou voyages thérapeutiques sont présentés. Les principales thématiques abordées sont : « bien dormir », « diminuer votre angoisse », «arrêter de grignoter », «être plus concentré ».

Comme le précise l’auteur, chacun peut puiser dans les propositions pour s’auto hypnotiser. Pourquoi pas aussi à l’aide des séances audio que l’on peut télécharger.

Cette collection « c’est malin » aux Éditions Leduc propose des ouvrages clairs, concrets et pratiques. Je vous conseille celui-ci qui nous éclaire sur une thérapie dont on parle beaucoup et qui devient ici limpide.

À découvrir.

Notation :

Emmanuelle Jappert : Le scarabée bleu

Le scarabée bleu
Le scarabée bleu

Présentation :

« Anicha, tu n’iras pas à Marrakech à ton âge ! Tu as juste seize ans et tu veux déjà quitter ta terre et ta famille !

Qu’ai-je fait pour que ma fille soit aussi différente des autres ?

– Un jour, Papa, tu comprendras. »

Anicha vit dans une oasis reculée du Maroc. Elle passe le plus clair de son temps à dévorer des livres. Seulement, en se coupant ainsi des autres et du monde, elle oublie les joies simples de l’existence. Jusqu’au jour où elle rencontre un scarabée bleu, posé sur une pivoine.

L’auteur :

Emmanuelle Jappert fait du conseil et de la formation en communication dans les domaines du bien-être, du développement personnel, de la nutrition et de l’activité physique. Le scarabée bleu est son premier roman.

Mon avis :

Une conte féerique et enchanteur que j’ai lu vite, une lecture très fluide.

Comme le souligne le sous-titre du livre, une belle invitation aux voyages pour le lecteur embarqué dans un monde merveilleux, j’ai été happée par cette histoire et suivi, le sourire aux lèvres, la petite Anicha.

Avec elle, découvrons un monde merveilleux, le petit peuple, des insectes et autres animaux venus guider la jeune fille. Le plus sage est un coléoptère, un magnifique scarabée bleu, il endosse le rôle de sage et conseille Anicha. Il lui propose de porter un autre regard sur la vie et la pousse à quitter son oasis pour voir le monde. Toute sa vie on peut grandir sans oublier pourtant sa part d’enfant.

En déroulant cette jolie histoire, on réfléchit aux différents messages saupoudrés dans le texte tout en profitant de la jolie balade.

Un livre tous publics, enfants et adultes, pour qui a envie de découvrir un conte féerique et poétique, une ode à la vie dont on retiendra la citation au début du livre : « Regarde-toi : tu as en toi le ciel et la terre » de Hildegarde de Bingen.

Comme moi, vous allez aussi adorer la couverture qui est superbe, un bel écrin pour ce beau récit.

Merci à Babelio et aux Éditions Eyrolles pour cette lecture.

Notation :

Stephanie Zeitoun : Le jour où j’ai appris à danser sous la pluie

Le jour où j’ai appris à danser sous la pluie
Le jour où j’ai appris à danser sous la pluie

Présentation :

La vie, ce n’est pas attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque.

« Assis sur la chaise inconfortable de la chambre d’hôpital, Franck regarde le corps inerte de celle avec laquelle il a passé ses vingt-cinq dernières années. Le teint blême de sa femme lui rappelle leur dernière conversation :

— Caroline, je veux divorcer.

— Tu avais dit que tu te donnais six mois pour prendre une décision !

— Ça fait trop longtemps que je joue à faire semblant. J’ai fait ma valise. Ce soir, je ne rentrerai pas ! »

La vie nous apprend à nos dépens qu’elle peut basculer du jour au lendemain, mais aussi que le malheur peut se révéler salvateur lorsqu’il nous confronte à la réalité. Il faut parfois perdre pour gagner…

L’auteur :

Stéphanie Zeitoun est écrivain et journaliste spécialisée dans le bien-être et les médecines douces. Elle s’intéresse à toutes les techniques de soin du corps et de l’esprit, dans sa globalité. Elle pratique la sophrologie depuis plusieurs années.

Le site de l’auteur : http://madamebienetre.com

Mon avis :

Plutôt que roman feel good comme indiqué sur la couverture, je dirai plutôt roman coach. Une sorte de guide pour appréhender la vie différemment et puiser en soi pour vivre mieux.

Caroline, notre héroïne, se sent bien mal lorsque l’histoire démarre : meurtrie, abandonnée et isolée après la trahison de son mari. Tout change après sa rencontre avec le docteur Milko qui est psychologue et thérapeute holistique.

Qu’est-ce qu’un thérapeute holistique ? Un terme qui vient du grec, «holos » qui signifie « tout » pour une thérapie qui va tenir compte de l’individu globalement, son mental, ses émotions, son corps.

Le thérapeute va soigner Caroline et Franck son mari, désespéré après le geste de sa femme. Il va conseiller aussi Allison, l’amie de Caroline.

Au-delà de l’histoire, agréable et bien racontée, j’ai été surtout intéressée par les propositions du thérapeute qui parvient à redonner à Caroline goût à la vie en utilisant des méthodes comme l’ETT (Emotional Freedom Techniques), la méditation, l’hypnose, le « ho’oponopono » et bien d’autres que je vous laisse découvrir car le cheminement de guérison de Caroline est très instructif.

Ce récit est aussi un guide avec de précieux conseils pour rebondir après un traumatisme. Les prescriptions du docteur Milko peuvent s’appliquer à de nombreux cas et sans thérapeute.

En fin de livre, on retrouve la « boîte à outils » avec l’ensemble des propositions du thérapeute. Chacun pourra s’en inspirer et y puiser des idées pour se sentir mieux.

Un ouvrage à conserver près de soi pour relire régulièrement les bons conseils.

Paru aux Éditions Le Courrier du Livre – Guy Tredaniel

 

Notation :

Bernard Sablonnière : L’espoir d’une vie longue et bonne

L’espoir d’une vie longue et bonne
L’espoir d’une vie longue et bonne

Présentation :

Bernard Sablonnière développe dans ce livre une véritable « science de la vieillesse » : il explique pour nous les mécanismes du vieillissement cellulaire, de la peau, des organes, des os, du cerveau ; il montre le rôle conjoint de la génétique, de la biologie, de l’environnement et du mode de vie, en particulier de l’alimentation.

C’est en médecin biologiste qu’il passe au crible les différents traitements offerts aujourd’hui pour lutter contre le vieillissement : que faut-il penser de l’utilisation des cellules souches ou bien des organes 3D, qui prétendent, dans un futur proche, nous rajeunir et même nous « réparer » ?

Mon avis :

Le sous-titre du livre «Les promesses de la science » résume bien le propos de ce livre, ce qu’on nous promet et la réalité. C’est un ouvrage qui interroge, explique et donne des conseils pour mieux vivre sa vieillesse.

Biologiste, l’auteur nous explique notamment le vieillissement cellulaire et le principe de l’autophagie , nettoyage et recyclage de cellules, qui diminue avec l’âge, peut être renforcé avec certains aliments. Des questions se posent aussi avec l’hérédité et son influence sur la durée de la vie humaine. On apprend ainsi que d’autres facteurs impactent la longévité : les conditions de vie, l’alimentation ou la pollution.

Les aliments peuvent devenir des facteurs de longévité, j’ai apprécié le témoignage de ce vénitien du quinzième siècle « Luigi Cornaro », qui âgé de 40 ans souffrait de douleurs intestinales et de fièvres, ses médecins lui font comprendre qu’il doit modifier son alimentation, il réduit ses portions journalières à 340 grammes d’aliments par jour, en un an tous ces problèmes de santé disparaissent et il vivra jusqu’à l’âge de 102 ans. Les centenaires de l’île d’Okinawa consomment peu de viande, beaucoup de poisson et de fruits et légumes et pratiquent la restriction calorique, manger jusqu’à 80% de sa satiété et rester un peu sur sa faim après les repas.

L’épigénétique, c’est-à-dire la modification des gènes par notre environnement personnel, l’hygiène, le niveau de stress physique, psychologique et social, influence aussi notre longévité. L’auteur mentionne aussi des zones bleues où l’on recense un nombre élevé de centenaires qui ont une vie active, une activité physique soutenue et une alimentation saine ainsi qu’une vie communautaire avec beaucoup d’échanges.

La dernière partie concernant les projets de milliardaires qui recherchent l’immortalité peuvent inquiéter alors que des techniques autour des impressions 3D de reconstitution de fragments d’organes sont prometteuses.

Je vous conseille de vous plonger dans ce livre qui peut nous aider à mieux vieillir.

Notation :