Rentrée littéraire automne 2017 : Mes premiers titres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ma pile, voici mes trésors 😍 treize titres prometteurs … et le rappel de mes coups de cœur à glisser dans la valise pour les vacances.

 

Éditions de la Table Ronde :

 

Éditions Le Serpent à plumes :

 

Éditions de la Martinière :

 

Éditions l’Iconoclaste :

 

Éditions Finitude :

 

Éditions Philippe Rey :

 

Éditions Héloïse d’Ormesson :

 

Éditions Gallimard :

 

Éditions Rivages :

  • Sucre noir de Miguel Bonnefoy parution le 16/8/17.

 

Éditions Stock :

  • Mon autopsie de Jean-Louis Fournier parution le 30/8/2017.

 

Rendez-vous fin août pour mes avis sur ces romans.

 

En attendant, pour les lectures d’été, n’oubliez pas mes coups de cœur pour la valise de l’été :

  • les couleurs de la vie de Lorraine Fouchet
  • Mrs Hemingway de Naomi Wood
  • La vie étoilée d’Ethan Forsythe
  • Miniaturiste de Jessie Burton
  • Femme de tête de Hanne-Vebeke Holst

 

 

Serge Marquis : Le jour où je me suis aimé pour de vrai

Le jour où je me suis aimé pour de vrai
Le jour où je me suis aimé pour de vrai

Résumé : Maryse est une éminente neuropédiatre, une femme belle et intelligente, affreusement narcissique et persuadée d’avoir toujours raison. Elle est aussi la mère de Charlot, fils singulier, qui l’émerveille et l’exaspère à la fois. C’est que Charlot, Petit Prince désarmant de vérité, la confronte à des questions philosophiques. Quel sens donner à sa vie lorsqu’on traverse des épreuves ? Où se cache l’amour lorsqu’on fait face à l’intimidation, la bêtise, la peur de l’autre ? Et surtout, qu’est-ce que l’ego, cette chose dont tout le monde semble souffrir ? Animé d’un courage fou, d’une humanité à fleur de peau, Charlot va apprendre à sa mère, et à beaucoup d’autres, qu’en se dépouillant de ses certitudes, en cessant de se regarder le nombril, on peut enfin accéder à la vraie joie, celle du lâcher prise et de l’intelligence du cœur. Et surtout : apprendre à s’aimer pour de vrai.

 

L’auteur :

Spécialiste de la santé mentale au travail au Québec, le Dr Serge Marquis donne plus de 150 conférences par an dans le monde. Il a créé sa propre entreprise de consultation, T.O.R.T.U.E. (Organisation pour Réduire les Tensions et l’Usure dans les Entreprises). Il est l’auteur du fabuleux succès On est foutu, on pense trop !, la méthode pour « se libérer de Pensouillard le hamster ».

 

Mon avis:

Une belle réflexion sur la vie pour que chacun prenne conscience de l’importance de vivre l’instant présent. Les messages sont passés au travers d’un roman bouleversant qui secoue et questionne. Pari réussi.

J’avais beaucoup entendu parlé du livre précédent “On est foutu, on pense trop” et donc très envie de découvrir celui-ci. Sous forme de roman, l’auteur nous explique que l’ego, nos pensées, troublent la réalité.

Charlot, le petit héros de cette histoire, bouscule sa mère en lui posant des questions sur le sens de leur vie. Troublée, sa maman réfléchit aux réponses qu’elle pourrait donner sans vraiment comprendre la question. Elle est pourtant un grand docteur reconnue dans sa spécialité. Progressivement, divers événements tragiques apporteront des réponses aux questionnements de Charlot.

Voici un livre qui se vit plutôt qu’il se raconte. À lire tout en se posant pour intégrer les ressentis de nos héros et nous questionner aussi.

En résumé, essayons de savourer pleinement notre existence et arrêtons de nous faire souffrir inutilement.

Je ne résiste pas à vous proposer cette citation : “Très peu de personnes se rendent compte qu’elles ne vivent pas leur vie mais seulement dans leurs pensées”.

 

Le site de l’auteur

 

Merci Babelio et les Éditions de la Martinière.

 

Notation :

Ragnar Jonasson : Mork

Mork
Mork

Résumé : À Siglufjördur, à l’approche de l’hiver, le soleil disparaît derrière les montagnes pour ne réapparaître que deux mois plus tard. Ce village perdu du nord de l’Islande plonge alors dans une obscurité totale… Le jeune policier Ari Thór veille sur la petite communauté sans histoires. Mais son collègue, l’inspecteur Herjólfur, est assassiné alors qu’il enquêtait aux abords d’une vieille maison abandonnée. L’illusion d’innocence tombe. Tous les habitants n’avaient-ils pas, au fond, une bonne raison de semer le chaos ? Elín, qui fuit un passé violent. Gunnar, maire du village, qui cache d’étranges secrets.

 

L’auteur

Né à Reykjavik, Jónasson a traduit plusieurs des romans d’Agatha Christie en islandais, avant d’écrire ses propres enquêtes. Sa famille est originaire de Siglufjördur. Mörk a été élu « Meilleur polar de l’année 2016 » selon le SundayExpress et le Daily Express, et a reçu le Dead Good Reader Award en Angleterre.

 

Mon avis

Scotchée par ce polar : impossible à poser. À lire sans respirer.

Les amateurs du genre vont adorer, décidément cet islandais a du talent.

À l’instar de son premier livre “Snjor” j’ai été piégée. Encore plus réussi que le premier.

Nous retrouvons le policier Ari, jeune homme, installé dans cette ville du grand Nord : Siglufjördur qui était le premier port du pays à l’âge d’or du hareng. Puis à la fin des années soixante, la ressource s’épuise et cela devient une petite ville tranquille où il ne se passe jamais rien ou presque…

Au début du livre l’inspecteur de police, responsable d’Ari, est attaqué. Fini l’impression de sérénité, plusieurs habitants dont le maire sont suspectés, leurs comportements étant louches.

Ce que je peux vous dire c’est que l’intrigue se tient jusqu’au bout, suspense garanti avec un dénouement non prévisible. Très fort !

En parallèle de l’enquête sur l’agression du flic, s’intercale le récit d’un homme mis à l’isolement en hôpital psychiatrique. Qui est-il ? Quel lien avec notre histoire ?

Un roman policier qui nous offre des moments poétiques avec une Islande magnifiée qu’on aura envie de découvrir après avoir fermé ce livre.

L’auteur rend hommage à son grand-père en fin de livre en nous livrant un extrait de ses écrits datant de 1980 et relatant le solstice d’hiver (période de mi-novembre à fin janvier durant laquelle le soleil disparaît derrière les montagnes de cette petite ville).

 

Si vous n’avez pas lu “Snjor”, son premier livre, je vous le conseille. Les Éditions Points viennent de le publier en format poche. Il est aussi préférable de démarrer par Snjor qui nous présente les débuts d’Ari en tant que policier.

 

Foncez et découvrez l’Islande en compagnie d’Ari.

Merci à l’agence Anne et Arnaud et aux Éditions de La Martinière.

 

Notation :

Cathy Bonidan : Le parfum de l’héllébore

Le parfum de l'héllébore
Le parfum de l’héllébore

Résumé : Anne a été envoyée à Paris pour travailler dans le centre psychiatrique que dirige son oncle. Au début des années soixante, les traitements en sont encore à leurs balbutiements. Anne observe le comportement étrange d’un jeune garçon de 11 ans, Gilles, que tout le monde surnomme “le débile”. Elle envoie ses impressions à sa meilleure amie au travers de lettres clandestines. Pourquoi leur correspondance est-elle interdite ? Et pourquoi Anne a-t-elle été forcée de s’éloigner des siens ?

 

L’auteur :

Cathy Bonidan habite à Vannes où elle est institutrice.

L’histoire de l’écriture ce livre est peu commune et pourrait à elle seule faire l’objet d’un roman : Cathy Bonidan écrit en secret des romans jusqu’à ce qu’elle découvre un site d’auteurs amateurs sur lequel elle décide de poster anonymement des texte. Le Parfum de l’hellébore séduit rapidement ses premiers lecteurs et est même désigné comme lauréat du meilleur roman de l’auteur indépendant ce qui lui vaut d’être remarqué par les éditions de La Martinière.

 

Mon avis :

À découvrir en cette rentrée littéraire.

Bravo pour ce premier roman qui se lit d’une traite à la fois passionnant et intelligent.

 

Je comprends que ce livre ait été distingué et nominé “meilleur roman”

L’histoire se décompose en deux parties, la première se déroule dans les années cinquante et la deuxième est contemporaine.

Nous suivons au départ Anne, jeune fille de dix-huit ans, qui se retrouve exilée à Paris, nous découvrirons plus tard pour quelles raisons. Son oncle l’accueille et lui propose d’aider dans le centre psychiatrique qu’il dirige. Tous les internés ont moins de vingt ans. Deux jeunes attirent son attention : le premier est un jeune garçon autiste et la deuxième est une jeune fille qui ne s’alimente plus.

Leurs troubles sont soignés par le corps médical mais en parallèle un jeune jardinier débarque au centre et bouleverse les protocoles établis.

Une amitié va naître entre Anne et Béatrice, la jeune fille. Les échanges épistolaires entre Anne et sa meilleure amie nous donnent progressivement des informations sur la vie du centre et des internés.

C’est touchant et je me suis attachée aux personnages : Anne, Béatrice, Gilles.

La deuxième partie, cinquante ans après, nous apportera toutes les réponses sur les destinées de nos héros. Une autre jeune femme va enquêter et reconstituer le puzzle.

La première partie est particulièrement réussie, pour l’ambiance et grâce à la construction en partie épistolaire. Ensuite nous restons accrochés au récit même si la trame est plus classique.

Je salue ce premier roman qui m’a fait passer un très bon moment.

Pour les curieux, ou ceux qui comme moi ne connaissent pas ce mot, l’hellébore est une plante vivace, aussi appelée fleur de Noël, une des rares plantes à fleurir en hiver.

 

Un livre que je recommande à tous, message passé auprès de mon libraire bien sûr.

 

Parution le 12/1/2017 aux Éditions de La Martinière.

       Merci à l’agence Anne et Arnaud.

 

Notation :

Rentrée d’hiver 2017 : ma sélection

 

J’ai déjà lu les trois premiers, les deux autres viennent de rejoindre ma pile.

 

Génération” de Paula McGrath à paraître le 12/1/2017 aux éditions de la Table Ronde

Un coup de cœur ❤️ : un formidable premier roman d’une auteure irlandaise qui se lit d’une traite.

 

La mélodie familière de la boutique de Sung” de Karin Kalisa aux éditions Héloïse d’Ormesson (26/1/17) : un beau premier roman optimiste qui nous parle d’entraide entre les peuples. Une belle découverte.

 

Chaleur” de Joseph Incardona aux éditions Finitude, parution le 5 janvier 2017. Le deuxième roman d’un écrivain suisse, un récit librement adapté d’un fait divers pendant les championnats du monde de sauna en Finlande. Décalé et décapant !

 

L’inconnue du désir” de Chantal Chawaf aux éditions de la Grande Ourse (11/1/2017)

 

Et le dernier arrivé dans ma pile : “Le parfum de l’héllébore” de Cathy Bonidan, à paraître aux éditions de la Martinière le 12/1/17.