Palmiro de Luigi Di Ruscio

Palmiro de Luigi Di Ruscio
Palmiro de Luigi Di Ruscio

Résumé :

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans une petite ville des Marches, le narrateur espère l’avènement d’une société sans classes. Militant versatile du Parti communiste italien, houspillé par ses camarades, il se languit en attendant l’hypothétique révolution.

L’auteur :

Luigi Di Ruscio est né à Fermo dans les Marches en 1930. Issu d’une famille du sous-prolétariat, sa scolarité s’arrêtera au certificat d’étude. A Fermo, il milite pour le PCI, fait la plonge dans les restaurants et publie à 23 ans son premier recueil de poésie. C’est de cette période de sa vie qu’il tire la matière de Palmiro. En 1957 il émigre à Oslo ou il est mort le 23 février dernier, à Oslo, à l’âge de 81 ans.

Mon avis :

Drôle mais pas seulement, tous ces personnages à peine caricaturés reflètent la vie italienne dans ses années troublées.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, on assiste à la création de Palmiro, cellule locale du Parti Communiste italien, le nom Palmiro est un hommage à l’un des membres fondateurs qui s’appelle Palmiro Togliatti. Les personnages de cette histoire se retrouvent sur la place du village pour discuter, échanger et refaire le monde. Ils passent aussi du temps à distribuer des tracts et coller des affiches.

Mon personnage préféré est La Rouille, un gaillard très impliqué dans ses activités politiques et proche de notre héros. Peu de femmes et une seule dans la section Palmiro : Catarina. Autour de ces communistes, des fascistes, des curés et Luigi au milieu, qui aime la littérature, la poésie et se sent libre malgré les critiques de ses compères.

Touffu et délirant, une histoire qui nous entraine au cœur de cette Italie des années après guerre.

Ce que j’ai aimé : le décor bien planté, les personnages très vivants et la découverte de cette époque de l’intérieur.

Ce que j’ai moins aimé : le récit est un peu fouillis et très dense. Difficile de reprendre son souffle. Pas de dialogue entre ces personnages et beaucoup de descriptions alourdissent le style.

Maintenant à vous de voir.

 

Merci aux éditions Anarchasis et Libfly pour cette lecture.

LIBFLY

Notation :

Rétrospective et coups de cœur 2014

Une très belle année littéraire 2014 avec ma participation au prix des lecteurs des éditions Points et de nouveaux partenariats avec des maisons d’éditions.

Merci aux maisons d’éditions qui m’ont permis de faire de si belles découvertes : Denoël, Folio, l’Archipel, Liana Levi, Sabine Wespieser et Points. Merci aussi à Libfly.

 

Dédicace spéciale à :

L’Ivresse du livre, ma librairie préférée

Mes deux blogs de référence : Carnets de lecture de Sophie et Sur le route de Jostein

Bien sûr un merci spécial à Mathilde, Sophie et Mariam : elles se reconnaîtront !

 

Mes dix romans préférés pour 2014 :

  1. L’épouse hollandaise d’Eric McCormack    –critique ici
  2. Joujou de Ève de Castro  –critique ici
  3. L’heure indigo de Kristin Harmel  –critique ici
  4. Peine perdue d’Olivier Adam  –critique ici
  5. Le peintre d’éventail de Hubert Haddad  –critique ici
  6. Marina Belleza de Sylvia Avallone  –critique ici
  7. Le livre des secrets de Fiona Kidman  –critique ici
  8. Angélique Le chemin de Versailles d’Anne Golon  –critique ici
  9. Le grand cœur de Jean-Christophe Ruffin
  10. Les douze tribus d’Hattie d’Ayana Mathis  –critique ici

Rentrée littéraire : L’histoire d’un amour de Catherine Locandro

L'Histoire d'un amour de Catherine Locandro
L’Histoire d’un amour de Catherine Locandro

Résumé : Au comptoir de l’Alfredo, en face du lycée où il enseigne la philo, Luca lit La Repubblica. Ce matin-là, un article le ramène en 1967 lorsque, figurant pour une émission de variétés de la RAI, il croisa la Chanteuse. S’ensuivit une liaison, aussi ardente que brève, avec cette diva tristement célèbre pour sa tentative de suicide après la mort tragique de son compagnon. Une passion qui fit de Luca un homme à part, à distance du monde.
Dalida – Histoire d’un amour

L’auteur :

Née à Nice en 1973, Catherine Locandro vit à Bruxelles. Scénariste, elle publie son premier roman, Clara la nuit, qui remporte le prix René Fallet (2005). Parfaitement maîtrisé, fidèle à son univers nostalgique et envoûtant, L’Enfant de Calabre est son cinquième et avant-dernier roman. L’histoire d’un amour est paru le 21 août.

Mon avis :

Un court texte sur les conséquences de la perte de son premier amour. Un premier amour si fort qu’il va marquer toute la vie du protagoniste.

L’histoire débute alors que Luca, professeur, trouve un article sur celle qui fut l’amour de sa vie alors qu’il était tout jeune. La femme, toujours nommée la chanteuse, vient de perdre son compagnon . En pleine ascension vers une célébrité qui s’accentue, elle se tourne vers Luca dont la jeunesse et la fraîcheur l’émeuvent. Un amour physique doublé d’une complicité intellectuelle amplifie leur relation.

Une plume délicate et une distance avec les personnages confèrent à ce texte une originalité qui m’a séduite tout en me déroutant. Le style pur et fluide ravit le lecteur mais en même temps, trop de distanciation avec les personnages les rend moins attachants et la lecture moins agréable.

C’est donc un un avis partagé sur ce livre que je partage avec vous, l’émotion n’a pas été au rendez-vous avec cette lecture.

Je remercie les éditions Héloïse d’Ormesson et Libfly pour la Voie des Indés.

Notation :

Rentrée littéraire Les tribulations du dernier Sijilmassi de Fouad Laroui

Résumé

Adam Sijilmassi revenait d’Asie où il avait négocié brillamment la vente de produits chimiques marocains. Alors qu’il survolait la mer d’Andaman, il se posa soudain une question dérangeante : « Que fais-je ici ? » Pourquoi était-il transporté dans les airs, à des vitesses hallucinantes, alors que son père et son grand-père, qui avaient passé leur vie dans les plaines des Doukkala, n’avaient jamais dépassé la vitesse d’un cheval au galop ? Ce fut une illumination. Il décida de renoncer à cette vie qui ne lui ressemblait pas, se résolut à ne plus jamais mettre les pieds dans un avion et à changer totalement de mode de vie. Funeste décision !

L’auteur :

Fouad Laroui, né en 1958 à Oujda, est un économiste et écrivain marocain. Après des études au Lycée Lyautey à Casablanca, il passe par l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées en France, dont il sort ingénieur. Après avoir travaillé dans une usine de phosphates à Khouribga (Maroc), il part pour le Royaume-Uni, où il passe quelques années à Cambridge et à York. Il obtient un doctorat en sciences économiques et part vivre à Amsterdam où il enseigne l’économétrie puis les sciences de l’environnement à l’Université. Parallèlement, il se consacre à l’écriture.

Mon avis :

Un avis en demi-teinte : autant j’ai aimé la première moitié du livre, la suite m’a moins emballée et même ennuyée par moment. Dommage, car le thème est intéressant et l’accroche prometteuse.

Le héros, Adam, ingénieur marocain à qui tout réussit : boulot et vie de famille, se remet en question et s’interroge sur le sens de sa vie. Pourquoi ce rythme effréné dans sa vie ? Toujours parti à l’autre bout du monde, Adam passe peu de temps chez lui et ne profite pas de ses proches ni de son bel appartement. En pensant à ses ancêtres et à son père, il décide soudain de tout poser. Laisser tomber son boulot quitte à vivre pauvrement, il cherche à vivre plus simplement.

Sa femme, elle, n’est pas du tout d’accord avec sa décision. Mais est-ce le plus important ?

J’ai apprécié le ton désopilant et grave de la première partie du livre : une analyse fine d’un marocain occidentalisé qui décide de revenir aux sources. Le décalage entre sa situation actuelle et celle des villageois qui sont restés dans sa ville natale est si importante.

Des situations cocasses et originales rythment toute cette première partie.

Ensuite, Adam est empêtré dans ses interrogations sur le pouvoir de la religion, et tente depuis sa retraite dans le Riad de ses ancêtres, de comprendre ses congénères. Malheureusement, le lecteur aussi se retrouve déstabilisé par les questions philosophiques posées et s’ennuie. Trop long et compliqué.

J’ai apprécié la langue érudite et fluide dans la première partie et trouvé le thème original.

Un avis mitigé au final du fait du rythme inégal de l’histoire.

J’avais davantage aimé “Une année chez les français” du même auteur.

Merci Libfly et les éditions Julliard pour cette lecture.

 

 

 

Notation :

C’est moi qui éteins les lumières de Zoyâ Pirzâd

Résumé :

Dans un quartier préservé d’Abadan, Clarisse, l’épouse et mère de famille à travers qui l’histoire se déploie, est une femme d’une profonde humanité, intelligente, d’une simplicité de cœur qui nous la rend spontanément attachante. Par ses yeux, on observe le petit cercle qui se presse autour du foyer : un mari ingénieur à la raffinerie, fervent de jeu d’échecs et de politique, les deux filles, adorables et malicieuses jumelles, Armène, le fils vénéré en pleine crise d’adolescence, et la vieille mère enfin qui règne sur la mémoire familiale.

Pourtant la très modeste Clarisse, cuisinière éprouvée qui se dévoue sans compter pour les siens, va bientôt révéler sa nature de personnage tchekhovien, au romanesque d’autant plus désarmant qu’il se montre on ne peut plus retenu. De nouveaux voisins se manifestent en effet, une famille arménienne débarquée de Téhéran qui va très vite bouleverser l’équilibre affectif de notre femme invisible.

L’auteur :

Romancière, nouvelliste hors pair, Zoyâ Pirzâd, née à Abadan d’un père iranien d’origine russe et d’une mère arménienne, fait partie de ces auteurs iraniens majeurs qui ouvrent sur le monde l’écriture persane sans rien céder de leur singularité. Découverte par les éditions Zulma en 2007, elle a reçu en 2009, pour le “Goût âpre des kakis“, le Prix Courrier International du meilleur livre étranger. “C’est moi qui éteins les lumières“, immense succès en Iran, salué par de nombreux prix, dresse avec justesse et drôlerie le portrait d’une société patriarcale scellée par les usages et traditions des femmes.

Mon avis :

Une auteure que j’affectionne particulièrement. Cette histoire, son premier roman est superbe. Envoûtant et sensible, il retrace l’histoire d’une famille arménienne en Iran. Clarisse, l’héroïne, mère au foyer élève ses 3 enfants et s’occupe de sa maison. Bon petit soldat, elle veille au bienêtre de tous ses proches. Sa vie est partagée entre le rangement de sa maison, la cuisine et l’éducation des enfants : une parfaite femme au foyer. Son mari ingénieur, après le dîner et la télé le soir lui demande : c’est toi qui éteins les lumières ?

Les deux autres personnages proches de Clarisse sont sa mère, envahissante et autoritaire et sa sœur qui cherche l’homme idéal. A l’arrivée de nouveaux voisins, cette mécanique bien huilée va s’enrayer.

Le fils de Clarisse tombe amoureux de la petite voisine et Clarisse va s’intéresser au père de la petite voisine. Sa vie bouleversée, l’amène à se poser des questions sur sa vie, ses aspirations et donc à s’opposer à son mari. Un climat très bien rendu, des personnages attachants et une histoire tout en douceur .

Une auteure sensible qui nous dépeint si bien le quotidien de ses personnages qu’ils nous deviennent très proches.

J’ai vécu avec Clarisse et sa famille, partagé ses agacements vis à vis de son mari, sa mère et sa sœur , souri des mots de ses filles et réfléchi sur sa condition de femme.

Son investissement dans la vie de famille l’étouffe par moment. Pourquoi ne pense-t-on pas plus à moi ? Personne ne me demande ce que je pense ?

La littérature et l’amitié d’Emile l’aideront à se sentir exister mais c’est difficile pour une âme sensible et idéaliste comme Clarisse.

Un très beau livre que je recommande chaleureusement pour l’ambiance, l’écriture fluide et l’histoire.

Un grand merci aux éditions Zulma et à Libfly

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSEKYDCSubWoQiY2Ebs5aEHyUaNU5Q5cnzA63w0nN99UbrvkIwRuS3UETcq

 

 

Notation :