Jean De La Ville de Mirmont: Les dimanches de Jean Dézert

Les dimanches de Jean Dézert

Résumé 

« La fantaisie, ça va bien en dehors des heures de bureau et principalement le dimanche. Le dimanche, c’est toute la vie de Jean Dézert. Il apprécie ce jour que si peu de personnes comprennent. Il ne se fatigue point de parcourir et d’errer le long des grands boulevards.»

L’auteur 

Né à Bordeaux en 1886, Jean de la Ville de Mirmont quitte sa ville natale en 1910 et retrouve son camarade François Mauriac à Paris. Quand vient la guerre de 1914, il est appelé au 57e régiment d’infanterie. En novembre, le sergent de Mirmont est touché par un obus et meurt à 28 ans pour la France, sur le plateau du Chemin des Dames. 

Mon avis

Un dimanche, découvrir cette petite pépite : que du bonheur !

J’ai déambulé dans Paris avec cet anti héros : un jeune homme fonctionnaire qui toute la semaine attend son jour préféré : le dimanche.

Ce jour là, il se prépare et passe sa journée à faire tout ce qui lui fait plaisir. Les dépliants publicitaires qu’il a conservés fournissent de belles expériences.

Sa vie bien réglée bascule lorsqu’il rencontre Elivire.

Ce court roman est émouvant et prenant. Une écriture très fluide et imagée a renforcé mon plaisir de lecture.

Des poèmes et contes complètent cette nouvelle édition dans la collection « La petite Vermillon ».

Paru aux éditions de la Table Ronde.

Notation :

Dans la hotte du père Noël : mes lectures préférées de 2018

Offrez des livres pour Noël et pour les étrennes.

Mes recommandations en littérature et essai :

La neuvième heure d’Alice McDermott

Le petit sapin de Noël de Stella Gibbons

Magnifica de Maria Rosaria Valentini

Poste restante à Locmaria de Lorraine Fouchet

Les garçons de l’été de Rebecca Lighieri

Écouter le silence intérieur de Thierry Jansen

Catégorie beaux livres :

La révolution Sergio Leone de Gian Luca Farinelli

Méditer pour être heureux de Stella Delmas

 

 

Notation :

Richard Russo : Trajectoire

Trajectoire
Trajectoire

Résumé :

À la veille de Thanksgiving, Janet s’impose d’affronter un étudiant qui lui a rendu un devoir plagié. Nate se demande bien pourquoi son frère Julian lui a proposé de l’accompagner en voyage organisé à Venise. Ray, agent immobilier, doit trouver le moyen de vendre à un couple de Texans la maison de Nicki. Et Ryan, lui, a beau se méfier des producteurs de cinéma, il traverse les États-Unis pour se voir offrir un marché de dupes.

L’auteur :

Richard Russo est né en 1949 aux États-Unis. Après avoir longtemps enseigné la littérature à l’université, il se consacre à l’écriture de romans et de scénarios. Un homme presque parfait avait été adapté au cinéma avec Paul Newman en 1994, et Le Déclin de l’empire Whiting a été, lui aussi, porté à l’écran en 2005.

Mon avis :

Décidément, je confirme : Richard Russo, ce grand romancier américain, est un portraitiste hors pair.

Dans ces histoires comme dans tous ces romans, l’âme humaine est décortiquée, analysée, passée au tamis.

Ces hommes ou femmes sont comme nous, touchants, avec leurs questionnements, leurs névroses et peurs. On peut avoir pitié ou sourire parfois lorsque l’auteur sort son arme magique : une dose d’humour. J’ai noté de la tendresse aussi, présente dans ces quatre trajectoires bien différentes.

Une belle lecture, ces quatre nouvelles qui nous entraînent dans des univers bien différents : le milieu universitaire, le monde de l’art, le milieu immobilier et enfin le monde du cinéma. Ma préférence va à la deuxième nouvelle : est-ce parce qu’elle est plus longue que les autres ?

À vous de découvrir ces nouvelles parues aux Éditions de la Table Ronde.

Notation :

Gérard Guégan : Le sang dans la tête

Le sang dans la tête
Le sang dans la tête

Résumé :

En racontant une semaine de la vie de l’inspecteur principal Ruggieri, chaque chapitre correspondant à une journée, Gérard Guégan superpose une enquête et un portrait. L’enquête, qui se déroule en 1980, c’est celle autour de l’assassinat d’un jeune boxeur noir dans les toilettes d’un bistrot, bientôt prolongée par la découverte de cadavres d’enfants vietnamiens dans la cuve de colle d’un atelier d’ameublement. Le portrait, c’est celui de son flic, veuf et joueur d’échecs, qui a des manières bien à lui de se consoler dans l’intimité de la mort de sa femme.

L’auteur :

Gérard Guégan a publié une trentaine de livres, aussi bien des romans que des récits historiques, tels Un Cavalier à la mer ou Inflammables. Il a, par ailleurs, dirigé les revues Contre-Champ, Subjectif, Cahiers du Futur et, après avoir créé les Éditions Champ Libre, il a relancé les Éditions du Sagittaire. Acteur et metteur en scène, il a enfin réalisé cinq film dont les mythiques Toutes les histoires de dragons ont un fond de vérité et 68/89.

Mon avis :

Un court roman noir sélectionné par Jérôme Leroy et réédité par les Éditions de la Table Ronde.

Écrit en 1980, ce polar noir nous plonge au début des années 80 dans une ambiance marquée par le racisme et la montée de l’extrême-droite.

L’inspecteur Ruggieri tente, sur une semaine, de dénouer deux affaires sur fond de racisme. Sa vie d’homme, solitaire, privé de sa femme se superpose à l’enquête. L’inspecteur a une manière très particulière de rendre hommage à la défunte.

De la gouaille, des situations et dialogues percutants, des scènes crues : un portrait au vitriol de ces années quatre-vingt.

Si on aime les romans noirs réalistes, ne pas hésiter. Jérôme Leroy l’a sélectionné pour nous.

 

Notation :

Angela Huth : Valse hésitation

Valse hésitation
Valse hésitation

Résumé :

Clare est de moins en moins sûre du rôle que les hommes devraient tenir dans sa vie. Son premier mari, Richard, était plus âgé qu’elle, et son mépris pour la jeunesse de Clare s’était peu à peu transformé en une glaciale indifférence. Jonathan, son deuxième mari dont elle est séparée provisoirement, est trop coulant : excessivement attentionné et inquiet, non sans une touche de pédanterie.

Joshua, rencontré à une fête, est d’un tout autre genre. Il commence par l’impressionner en écrasant sa cigarette sur son pouce, et sa désinvolture n’est pas loin de la séduire complètement.

L’auteur :

Née en 1938, Angela Huth est l’auteur de quelques recueils de nouvelles et de nombreux romans. L’un d’eux, Les filles de Hallows Farm, a été adapté à l’écran en 1998 sous le titre Trois anglaises en campagne. Il met en scène trois « Land girls », ces femmes aidant aux travaux agricoles durant la seconde Guerre Mondiale. Angela Huth est également l’auteur de L’invitation à la vie conjugale, Tendres silences, Souviens-toi de Hallows farm et Quand rentrent les marins. Ses romans abordent les thèmes de l’amitié, les relations de couple et les non-dits avec une rare subtilité.

Mon avis :

Chaque livre d’Angela Huth se déguste à l’anglaise avec une tasse de thé et calé dans un bon fauteuil. Pas d’hésitation, plongez-vous dans cette chronique tendre et mélancolique.

Clare, séparée de son deuxième mari, vit seule dans une maison « petite, proprette, jolie ». Tout commence par la dégustation d’un thé accompagné de biscuits au gingembre qui réunit Clare et sa nouvelle amie Mrs Fox. Dans le salon, au-dessus de la cheminée le portrait du premier mari de Clare qui vient de décéder, et la photo de son deuxième mari un peu plus loin : le décor est posé qui résume la vie de la jeune femme.

Mrs Fox bien plus âgée que Clare est énergique et pleine de fantaisie. Sa présence égaye l’existence morose de la jeune femme. La rencontre de Joshua sera le deuxième électrochoc dans sa vie : après un premier mari âgé et volage puis un deuxième ultra protecteur et intrusif, Clare aspire à une nouvelle vie.

Quitter sa prison dorée et s’affirmer, en aura-t-elle la force ?

J’ai aimé cette belle réflexion sur le couple et la position de la femme, le ton ironique parfois et l’écriture impeccable.

Je salue aussi la traduction remarquable d’Anouk Neuhoff.

Vous reprendrez bien une tasse de thé en compagnie d’un bon livre ? Celui-ci sera un bon compagnon.

Merci aux éditions de la Table Ronde.

Notation :